Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



À bientôt, faites de beaux vers sous vos beaux arbres, pensez aux prisonniers et aux combattants et aimez-nous toujours un peu.

Victor Hugo[1].


À Alfred de Musset.[2]


21 novembre 1851.

Je suis vôtre de la tête aux pieds. Je voterai effrontément pour vous à la face de tous les Falloux et de tous les Montalembert possibles. Vous n’avez pas besoin de me faire visite. Mais vous savez que je serai heureux de vous serrer la main. Je rentre tous les soirs à neuf heures de la pension où je dîne tous les jours.

Victor Hugo[3].


À Madame Victor Hugo[4].


4 décembre [1851].

Chère amie, j’ai passé la nuit chez un excellent ami de la famille Duvidal, M. de la Roëllerie. Remercie-les bien pour moi. J’ai présidé hier soir la réunion de la gauche. Rien n’est désespéré. Je pars ce matin pour le faubourg Saint-Antoine.

À la garde de Dieu ![5]

  1. Collection de M. Loucheur.
  2. Alfred de Musset avait écrit le 20 novembre 1851 ce billet à Victor Hugo :
    Cher et illustre maître,

    Je me présente de nouveau à l’Académie. — Votre nom m’y a déjà soutenu, et plus que jamais j’aurais besoin d’un si ferme et si grand appui. — J’ai essayé de vous voir et je comprends très bien qu’il n’y a pas de tems à perdre dans une vie comme la vôtre. S’il vous était possible cependant de trouver un instant pour moi, je vous en serais deux fois reconnaissant, car j’ai encore d’autres remercîmens à vous faire.
    Tout à vous,
    Alfred de Musset.

    Nouvel échec. A. de Musset ne fut élu que le 12 février 1852. Victor Hugo était en exil. —

  3. Le Livre, tome VII (1867).
  4. Billet écrit au crayon. Le 2 décembre au matin, Victor Hugo avait quitté sa maison de la rue de La Tour-d’Auvergne, et jusqu’au 11, jour de son départ pour Bruxelles, il dut fuir devant les menaces d’arrestation. L’Histoire d’un Crime donne tous les détails de sa conduite pendant le coup d’État.
  5. Bibliothèque Nationale.