Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/403

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


énormément. L’article de Hipp, L. a fait ici l’impression la plus étrange, Victor en est indigné, moi non, bien loin de là, et je calme tout le monde. En somme, l’article est très bien. Mais vous seriez bien aimable de faire en sorte que Taxile Delord l’effaçât par d’autres le plus tôt possible. — Si pourtant la bonne volonté de Tax. Delord survit à celle d’Hipp. Lucas.

Comme vous êtes pour moi de meilleur conseil que moi-même, je vous envoie ma lettre à H. Lucas. Lisez-la. Si vous la trouvez ce qu’il faut, remettez-la. Si vous la trouvez trop froide, renvoyez-la-moi. Je suivrai en tout votre sentiment. Mais je crois que cette lettre est dans le vrai, suffisante, comme l’article. Jugez-en, et conseillez-moi. — Entre nous, jusqu’ici ce n’est pas en lisant les grands journaux républicains, Peyrat et Ulbach exceptés, qu’on pourrait croire que Les Misérables sont un succès. À la rage des journaux catholiques, bonapartistes et réactionnaires, on le devine. Ces journaux-là me portent en triomphe dans l’écume.

Les journaux soutenant le vieux monde disent : c’est hideux, infâme, odieux, exécrable, abominable, grotesque, repoussant, difforme, monstrueux, épouvantable, etc. Les journaux démocrates et amis répondent : Mais non, ce n’est pas mal.

Quant à la jeune presse littéraire, elle est tout entière admirable, et je sais la part que je dois vous faire dans cette unanimité, ainsi qu’à Paul Meurice.

Donc merci ex imo.


Dimanche 1er juin. Victor ne décolère pas. Il est exaspéré de l’article de Lucas. Voici son cri ce matin en entrant dans la salle à manger, je le sténographie en l’atténuant : — Ainsi, du haut de ton rocher, après onze ans d’exil, tu donnes ce livre et ce succès à la République, et voilà le parti que les journaux républicains en tirent ! Le Siècle te fait donner la réplique au nom de la démocratie par un bibliothécaire qui veut de l’avancement ! Ah ! Cambronne n’a pas dit merde aux Anglais. Eh bien, je dis merde à Lucas !

Vous voyez que Victor, dans l’occasion, en joue comme Charles. Vous pouvez le dire à Charles. — Au reste, j’ai prié qu’on ne parlât plus de cet article, surtout à l’arrivée de ma femme qu’il blesserait probablement, et à qui il ferait regretter l’hospitalité donnée et rendue.

J’envoie aujourd’hui à Bruxelles huit bon à tirer.

tuus[1].
  1. Bibliothèque Nationale.