Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/423

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


faire un sacrifice d’amour-propre et autoriser la publication souhaitée par vous. Le produit de cette publication contribuera à former la liste civile de mes petits enfants indigents. Voici l’hiver ; je ne serais pas fâché de donner des vêtements à ceux qui sont en haillons et d’offrir des souliers à ceux qui vont pieds nus. Votre publication m’y aidera. Ceci m’absout d’y consentir. J’avoue que je n’eusse jamais imaginé que mes dessins, comme vous voulez bien les appeler, pussent attirer l’attention d’un éditeur tel que vous, et d’un artiste tel que M. Paul Chenay ; que votre volonté s’accomplisse ; ils se tireront comme ils pourront du grand jour pour lequel ils n’étaient point faits, la critique a sur eux désormais un droit dont je tremble pour eux ; je les lui abandonne ; je suis sûr toujours que mes chers petits pauvres les trouveront fort bons.

Publiez donc ces dessins, monsieur Castel, et recevez tous mes vœux pour votre succès.

Victor Hugo[1].


À Albert Lacroix[2].


H.-H. 11 oct. [1862].

Mon cher monsieur Lacroix, vous trouverez sous ce pli une lettre pour Bruxelles, (M. Van Beummel), trois pour Paris et une pour Lyon. Vous comprenez l’importance de ces dernières, toutes adressées à des journaux. Faites en sorte qu’elles parviennent sûrement. Je les recommande à votre bonne grâce si intelligente et si cordiale.

Autre détail important. Voici, pour les réimpressions des Misérables, les variantes annoncées. Je les indique sur l’édition de Paris, n’ayant pas sous la main en ce moment l’édition de Bruxelles. Il importe que Thénardier ne sache pas le nom de Pontmercy ; ce qui entraîne le changement suivant : (3e partie. Marius, tome 6, p. 211, l. 27) au lieu de :

Un général appelé le comte de Pontmercy…


il faut :

Un général appelé le comte de je ne sais quoi. Il m’a dit son nom, mais sa chienne de voix était si faible que je ne l’ai pas entendu. Je n’ai entendu que merci. J’aurais mieux aimé son nom que son remerciement. Cela m’aurait aidé à le retrouver. Ce tableau, etc.

  1. Actes et Paroles. Pendant l’exil.
  2. Inédite.