Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


toute une âme dans son serrement de main. Il te parlera de Crémieux qu’il connaît. Il était à la Cour d’Assises quand j’ai parlé pour Charles.

J’ai reçu en même temps que la tienne une lettre de M. de Porcher qui explique tout fort bien. Il paraît que le transfert, même en se hâtant, ne pourrait être terminé que lundi ou mardi. Du reste, il a commencé la vente. Le 7 a été vendu 101 fr. 60. — Fais bien tout ce que t’indiquera M. Lecointe.

Je ferme cette lettre et vous embrasse tous et toutes bien tendrement.

V.[1]


À Madame Victor Hugo.


Bruxelles, dimanche matin,
28 décembre [1851].

Dumas va à Paris et se charge de te porter cette lettre. Chère amie, j’espère que vous vous portez tous bien là-bas. Je trouverai peut-être de vos lettres aujourd’hui à la poste et ce sera un bien grand bonheur pour moi dans ma solitude. Rien de nouveau ici. J’ai eu pourtant hier matin la visite de deux gendarmes. On m’a un peu pris au corps, fort poliment du reste ; on m’a un peu mené chez le procureur du roi ; on m’a un peu traîné à la police, pour m’expliquer sur mon faux passeport[2]. Le tout s’est terminé par des quasi excuses de leur part, par un éclat de rire de mon côté, et bonsoir. Les journaux de l’opposition d’ici voulaient faire quelque bruit de la chose. J’ai trouvé cela inutile. Au fond ce gouvernement a peur de l’homme du coup d’État et il ne faut pas leur en vouloir de tracasser un peu les proscrits ; je leur pardonne, mais le procédé n’en est pas moins très belge — très welche, comme dit Voltaire.

Il sera peut-être arrangeable de faire quelque chose ici avec la librairie belge qui renoncerait à la contrefaçon. C’est un grand plan. On m’a fait des ouvertures. Nous verrons ce que cela deviendra.

Je travaille beaucoup aux notes[3] que tu sais. Quel dommage que cela ne puisse pas être publié ainsi ! Enfin, nous verrons encore de ce côté-là.

Aimez-moi tous, Charles, Victor, Auguste, Paul Meurice, mes quatre fils, comme je les appelle. J’espère que tous ces chers prisonniers vont bien.

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Victor Hugo s’était présenté à Bruxelles, avec un passeport au nom de Lanvin.
  3. L’Histoire du 2 décembre que Victor Hugo avait entrepris d’écrire des son arrivée et qui ne fut publiée qu’en 1877, sous le titre : Histoire d’un Crime.