Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/430

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



6° Est-ce que, outre ma Lettre-Préface, vous préparez un texte ? Il était convenu qu’il n’y en aurait pas. Que serait-ce donc que ce texte ? Comment se fait-il que je n’aie été ni consulté ni prévenu ? Cela me froisse et m’étonne, je vous l’avoue.

7° Je me suis expliqué sur ce texte dans la note que vous avez entre les mains. S’il n’y a pas de texte il ne doit pas y avoir de gravures sur bois. Au reste même les six passables gâteraient l’Album.

8° Je ne comprends rien à votre mode de publication. Veuillez me l’expliquer. Si l’on fait un Prospectus il faut me l’envoyer avant de le publier. Qui fera ce prospectus ? J’aurais dû être consulté.

Résumé. — Je blâme absolument le tirage commencé sans mon bon à tirer. Je veux voir épreuve de tout avant que rien soit tiré. En somme je suis responsable et engagé dans cette publication. Il a été perdu beaucoup de temps cet été ; ce n’est pas une raison pour tout compromettre aujourd’hui par excès de précipitation. Communiquez ma lettre à MM. Claye et Castel.

Bien cordialement à vous.
V. H.

Je vous prie, mon cher beau-frère, faites cette fois ce que je demande. Votre résistance à satisfaire à ma première lettre fait perdre huit jours[1].


Note.
11 novembre 1862.

1° Je reçois les épreuves que je ne demandais pas ; je ne reçois pas les épreuves que je demande.

2° Des gravures sur bois sans texte, n’ont aucune raison d’être.

3° Parlons des gravures sur bois, puisque gravures sur bois il y a. Une des deux mémoires se trompe. Quant à moi, je suis sûr de n’avoir vu que six ou sept de ces gravures. Je permettrais ces sept gravures s’il y avait un texte, mais il a été convenu qu’il n’y aurait pas de texte. Je suis également sûr d’avoir gardé un profond silence quand ces quelques estampes m’ont été montrées : comme c’était en présence de témoins, je n’ai pas pu exprimer mon profond étonnement. Cependant, en moi-même, considérant le petit nombre de ces gravures, j’ai passé condamnation.

4° Mais de six ou sept à vingt-cinq, il y a loin.

5° Et d’ailleurs, en supposant, ce qui est absolument inexact, que je les

  1. Maurice Clouard. Notes sur les dessins de Victor Hugo.