Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/495

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le plus tôt possible ce qu’elle contient. Tu sais ma profonde sollicitude. Je n’aurai pas de repos tant que cette pauvre enfant ne sera pas heureuse, et j’ai peur, hélas, de toutes les nouvelles d’Amérique.

Cette bonne Mme de Putron qui t’aime tant est triste de n’avoir pas encore un mot de toi.

Je vous embrasse, mes aimés de là-bas, tendrement et tristement.

V.

Tout est bien ici[1].


À Auguste Vacquerie.


H.-H. 19 mars.

Vous me parliez l’autre jour, cher Auguste, en magnifiques termes, de mon vieux duel avec la peine de mort. Or, voici ce qui arrive. On élève en Italie une statue à Beccaria[2]. Une commission s’est formée pour cela, la commission, par son président, membre du parlement d’Italie, m’a fait savoir qu’elle m’avait inscrit sur la liste de ses membres et m’a prié d’accepter cette nomination. J’ai consenti. J’ai écrit une lettre que je n’ai pas voulu envoyer aux journaux, trouvant qu’on publie trop de lettres de moi. Mais les italiens n’ont pas été de cet avis, ma lettre a paru dans les journaux d’Italie, et est arrivée en France en italien, les journaux français (Le Temps du 15 mars, entre autres) l’ont traduite et publiée. C’est bien, mais cela fait un faux texte ; sur dix lignes il y a dix fautes. Voici, ci-inclus, le texte vrai.

Maintenant, une question, dont je vous laisse absolument juge, ô esprit maître, ô souverain bon sens. Cela vaut-il la peine d’être rectifié ? On me le dit ici, mais quant à moi, j’en doute. Si vous trouvez la rectification utile, voici deux copies, une pour Le Temps, l’autre pour La Presse. Si vous la trouvez — comme moi — à peu près inutile, jetez les deux copies au feu. — Je suis à vous, et encore à vous, et toujours à vous.

V.[3]
  1. Bibliothèque Nationale.
  2. César Beccaria, publiciste italien, lutta contre les iniquités de la justice criminelle et fut l’adversaire acharné de la peine de mort. Son écrit le plus célèbre est le Traité des délits et des peines. Nos philosophes français l’admiraient sans réserves.
  3. 'Actes et Paroles. Pendant l’exil. Historique. Édition de l’Imprimerie Nationale.