Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/494

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


me déchirait : Je n’avais pas mérité cela. Hélas, c’est vrai, après douze ans de tant de travail, de tant de fermeté et de tant de sérénité, — à mes côtés ! — avoir le cœur si profondément percé ! Il est à Bruxelles en ce moment avec sa mère et Charles. Il lui faudra quelque temps avant qu’il puisse supporter la vue de Guernesey. Moi, je suis ici, triste. — Je pense à vous, je vous aime, je vous écris. Cela me soulage, et votre pensée met du jour dans toute cette ombre qui m’entoure.

À toujours, ô dilectissime !
V. H.[1]


À Madame Victor Hugo[2].


H.-H. Samedi 18 [février 1865].

Chère amie, je sors de la Banque. Il y a un mistake. M. Collings a paru fort étonné. L’argent a dû être arrivé à Halifax fin janvier. Il va écrire immédiatement à Londres, A. pourra toucher les 700 fr. à la banque d’Halifax[3] fin mars sans faute. Remercie Auguste de ma part pour toutes les excellentes choses qu’il écrit. — Quant à la lettre dont me parle ta dernière ligne, il m’est difficile de comprendre qu’il ait pu être bon que je ne fusse pas consulté. Mon Victor, j’attends avec impatience ton explication de la lettre anglaise d’Halifax. J’ai déchiffré çà et là des mots qui m’inquiètent[4]. — Tu trouveras sous ce pli une lettre pour le Précurseur d’Anvers. Lis-la, puis cachette-la, mets-y un timbre poste, et envoie-la à Anvers. — Virginie a un mal de genou qui la tiendra pour quinze jours au lit, sans danger du reste, si elle est très prudente, ce que Corbin et moi recommandons. Comment va Lux ? Mon Charles, je t’embrasse, mon Victor, je t’embrasse, chère femme, je t’embrasse. À vous tout mon cœur, mes bien-aimés[5].


À François-Victor[6].


H.-H. 15 mars [1865].

Mon Victor, cette lettre m’arrive. Je te l’envoie en hâte[7]. Fais-moi savoir

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.
  3. Adèle était, à cette époque, à Halifax.
  4. Cette lettre concernait Adèle, mais ne connaissant pas l’anglais, Victor Hugo ne pouvait en savoir le contenu.
  5. Bibliothèque Nationale.
  6. Inédite.
  7. Autre lettre en anglais, datée d’Halifax.