Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/527

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


n’est pas même ébauchée pour Les Travailleurs de la mer. Soit. — J’écris pour rappeler que le maximum de vente du volume des Travailleurs de la mer ne doit pas dépasser le maximum des Misérables. Six francs. On ne me répond pas. Je prie mes fils de toucher un peu toutes ces questions.

On ne court pas deux lièvres. On ne peut guère servir en même temps Proudhon et Victor Hugo.

Donc, mes enfants bien-aimés, reprenez et renvoyez-moi immédiatement le Chapitre préliminaire, l’ Archipel de la Manche. Il servirait la deuxième édition, mais nuirait à la première.

Puisqu’on ne veut pas exécuter la condition loyale de la distribution gratuite aux premiers acheteurs[1], qu’on me le rende. Nous verrons plus tard.

Le temps me manque pour développer, mais comprenez-moi, et aidez- moi, mes bien-aimés.

Mes éditeurs seuls connaissent le livre. C’est prudent de ma part. J’aime mieux que ce qui en transpire ne vienne que d’eux.

Vous, soyez tranquilles, vous en serez contents[2].


À Philippe Burty.


Hauteville-House, 20 janvier 1866.

J’ai écrit, cher monsieur, afin qu’on m’envoie de la librairie Lacroix le précieux exemplaire déposé pour moi par vous. Vous m’avez remercié de mon dessin genevois par vingt lignes charmantes et cordiales.

La Presse m’a apporté le gracieux reçu. Personne n’a plus autorité que vous dans les choses d’art, et en lisant ce que vous dites de mes croquis de passant et d’amateur, je me tiens à quatre pour ne pas être pris de vanité. Heureusement, la raison me revient vite et je me dis : « Vieille bête de poëte, ne vas-tu pas te figurer que tu es peintre ! Contente-toi de voir et de montrer des torchons radieux ou tiens-toi tranquille ». Ce monologue me calme, me

  1. « Notez ceci : Sans cette distribution, on punirait les premiers acheteurs de leur empressement.
    Nul rapport avec le précédent de N.-D. de Paris. Il s’agissait pour N.-D. de Paris d’une augmentation d’un volume, mêlée au texte même, quatre ans après la première édition, écourtée par la faute de Gosselin.
    Avec un tirage de 2 000 à part du Chapitre préliminaire (ce n’est qu’un peu de papier) on satisferait le public, et l’on donnerait un bon exemple en librairie. Bonne réponse à une condamnation. » (Note de Victor Hugo.)
  2. Collection Louis Barthou.