Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/323

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je suis contre les catalogues ajoutés au dernier volume. J’ai écrit en ce sens à Lacroix. J’ai donné deux couvertures pour satisfaire à la publicité des librairies. Mais je n’aimerais pas ce coudoiement commercial pour le dénouement du livre. — Ici encore vous déciderez.

Tuus.

Serez-vous assez bon pour mettre la lettre à Lamartine sous enveloppe, y écrire l’adresse, et la transmettre avec les quatre derniers volumes[1].


À Paul Meurice


25 juin.

Un mot en hâte. Je reçois une lettre de Bruxelles m’annonçant la publication pour le 30 juin. Je pense que le Corps-leg(islatif) aura fini ou à peu près. Voici encore des citations possibles, il me semble : — La Cadène.Frondibus ac foliis (T. VII). — Les amours dans le jardin rue Plumet (commencement du T. VII) et encore (T. VII) le chapitre Mabeuf-Gavroche-Jean Valjean-Montparnasse. Ce dernier chapitre est comme un petit drame complet, nœud, morale et dénouement, — Enfin faites, ô ma providence.

Je regarde à l’horizon si une lumière s’y fait, et si vous arrivez. Nous avons un temps superbe. Le soleil entre en coquetterie, le ciel se pavoise, toutes mes fleurs vous appellent et vous attendent.

Soy tuyo..
V.[2]


À Hetzel[3].


Hauteville-House, 26 juin 1862.

Vous prenez pour prudence mon silence ; ce n’est autre chose qu’accablement. Cinq ou six feuilles à corriger par jour pendant six mois, manuscrit à compléter et à revoir, et depuis trois mois, cent cinquante lettres à écrire par semaine, tout ce labeur à mener de front. Cependant j’avais commencé à vous écrire quant à l’affaire Pelvey ; je n’ai pas eu le temps de terminer ma lettre ; elle est restée interrompue dans mes paperasses, chaos terrible ; si je la retrouve, je vous l’enverrai pour vous confondre. Je vous dis comme Christ à Didyme : ô fratelle, mit esse incredulus.

Je commence à respirer et j’en profite pour vous écrire : voici d’abord ce qui vous concerne dans le traité des Misérables :

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Inédite.