Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/328

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lettres que je recommande à votre Providence. Je ne sais pas l’adresse de Champfleury ni celle de Lamartine.

Voici l’été qui se décide. Ce serait le cas d’aller lui dire bonjour sur ces admirables bords de la Moselle si peu connus. Pourtant si vous aimez mieux venir droit ici, c’est votre présence qui est l’été, et je l’attendrai au lieu de l’aller chercher. Dites à mon Charles qu’il sait quelle joie il me fera dans les deux cas, soit ici, soit à Mont-Saint-Jean. Je vous serre dans mes bras.

V.


À Madame Victor Hugo[1].


Vianden, 7 août.

Chère amie, êtes-vous contents là-bas tous ? Je traverse des merveilles, mais je songe à vous. J’ai Charles, mais vous, comme vous êtes loin, mes bien-aimés ! On ne peut donc tout avoir à la fois. L’ensemble est donc impossible, hélas ! Charles va s’évanouir, puis je vous ressaisirai.

Tout ce que nous voyons est superbe, les Ardennes sont un enchantement. Nous serons dans deux jours à Trêves. Chère bonne et excellente amie, je te recommande mes recommandations. Fais en sorte que tout aille bien dans la maison. J’embrasse mon Adèle, j’embrasse Julie, je serre la main de son excellent mari. Vives amitiés à MM. Kesler et Marquand. Et à toi mille tendresses[2].


À Auguste Vacquerie[3].


Dimanche 2 7bre.

Cher Auguste, je n’ai que le temps de quatre lignes. Je vous envoie ma joie de vous voir arriver. Mon welcome va à votre rencontre, et vous le trouverez marchant au-devant de vous. Je crie d’avance Hurrah à Louis Berteau[4]. Tout ici est bien et va bien. Mais nous irons et nous serons tous bien mieux quand nous vous aurons. Donc à bientôt, à tout de suite, à toujours !

V.[5]


ÀAlbert Lacroix[6].


Turnhout, 12 7bre.

Cher monsieur Lacroix, un mot. Je vous renouvelle la prière d’inviter tous les proscrits qui sont à Bruxelles, c’est important. Je serais charmé que M. Coumont fût des nôtres, lui aussi. Je ne me rappelle pas avoir vu le nom

  1. Inédite.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Inédite.
  4. Personnage du drame Le Fils, représenté le 30 octobre 1866.
  5. Collection Pierre Lefèvre-Vacquerie.
  6. Inédite.