Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ces dames. Je t’envoie les amitiés de tous ainsi qu’à Charles, et les effusions de Mme Drouet. Je t’embrasse tendrement, ainsi que mon Charles. Vois nos amis, Bancel, Labrousse, Brives, Laussedat, tous. Amuse-toi, sois heureux, et reviens-nous le cœur content.

V.
5 h. du soir.

Je sors de chez ces dames. Le fameux docteur Côtelette de Mouton a fait, et continue de faire merveille. J’ai dit que tu arriverais du 1er au 5 novembre, et j’ai pris sur moi ton retard. J’ai dit que je te l’avais conseillé, et un peu imposé, trouvant que ces vacances te faisaient grand bien avant les grands travaux de l’hiver. J’ai ajouté en riant : c’est ma faute, mais c’est pour le mieux. Ces dames ont été charmantes. Prends donc en toute tranquillité d’âme ton petit bout de congé. Je te veux heureux. Écris-moi ce que dit cette lettre sur A. — Encore bien des tendresses.


À Paul Meurice[1].


H.-H., 1er novembre.

Mes lettres vous poursuivent. Je ne me lasse pas de vous dire : aimez-moi.

Aujourd’hui je vais vous donner une peine, celle d’envoyer ce billet à Banville dont j’ignore l’adresse.

À partir d’aujourd’hui 1er novembre, je donnerai à Charles (au lieu de 125 fr.) 200 fr. par mois (deux cents). Serez-vous assez bon pour les lui remettre de ma part. Il est peut-être nécessaire que je travaille chez vous ma petite caisse. Écrivez-moi où nous en sommes. Mais que d’ennuis je vous donne ! — Nous venons de rôder, avec Charles et Victor, dans de charmants pays, plus charmants encore quand vous étiez avec nous. Je ne sais plus rien, j’ignore tout, j’ignore Paris, j’arrive ahuri. J’ai pourtant su le succès du Drac. À quand Martinguerre ? Oh ! que je voudrais avoir le bras assez long pour applaudir à vos premières représentations par-dessus la mer !

Tuus.
V.[2]


À François-Victor[3].


H.-H., 14 nov.

Mon bien-aimé Victor, je réponds un mot en hâte à ta douce lettre. Voici le jour qui s’en va, et je suis au travail depuis le crépuscule de sept

  1. Inédite.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Inédite.