Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’escalier dans le mur. — C’est le squelette d’un palais. — Entrées de couloirs qu’on entrevoit. — Chauve-souris. — Consoles sculptées sous les arcs doubleaux des ogives. — N° 5 cuisine pour 1 600 hommes (cuisine du pape). Église changée en magasin. Elle était immense. Le prêtre y paraissait un nain, dit la vieille.

Sept papes à Avignon. — Chapelle particulière du pape. Admirables fresques, badigeonnées en 1827. On n’en a laissé qu’une travée pour échantillon de la stupidité. Salle du conclave où l’on exposait magnifiquement le pape mort entouré des cardinaux, lits des soldats couchés dans leurs capotes grises. Gerbe d’ogives. Balcon de la bénédiction du légat, buffleteries pendues à des clous. — Oubliettes. Roues hérissées de lames. Comblées. — Tour-prison. — Charmantes baies romanes grillées par où l’on voit des bonnets de police et des têtes de soldats.

Palais-forteresse-prison.


Cathédrale. — N.-D. des Doms. — Dôme roman octogone ; beau. Portique romain dans lequel est un portail byzantin avec de belles peintures sur le tympan. — Simon de Sienne. (Dans la révolution on y mit cette inscription : Monument antique et curieux, que j’ai lue.) Avignon AVE. JO. Statue de Jupiter dans les fondations du château. — Tour principale gâtée, balustrade à mollets, tout l’édifice est architecturalement mal restauré. — Les meneaux qu’on fait aux fenêtres attestent l’ignorance odieuse de l’architecte. — Barrettes sculptées sur les murs de la métropole. — Chaire de l’évêque. — Affreuse croix de la mission qui gâte l’esplanade du portail.