Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., En voyage, tome II.djvu/488

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Midi. — La Forêt-Noire devient de plus en plus une plaine blanche. Çà et là, quelques sapins sombres faisant tache. Le bon Dieu a renversé son encrier sur le paysage.

Voici des vallons. Voici la vie. Un ravin s’ébauche sur la croupe du plateau. Une petite rivière à pleins bords y serpente. Roues écumantes sous toutes les cabanes. — Maisons à toits de planches ou de chaume, vermoulus, chargés de mousse. Des pigeons sur le faîte, un chien-loup au seuil. Dans l’intérieur, on entrevoit des chats rêveurs sur des échelles-escaliers.

Admirable descente ! Ah ! voici le beau : vallée verte, mille ruisseaux. Replis sans fin de la route au flanc de la montagne. Grands toits noirs au bord de l’eau dans les arbres, ce sont des saboteries qui cognent à l’ombre de leurs merisiers, des distilleries qu’on voit fumer, des scieries qu’on entend haleter. Vaches et chèvres broutant dans les rochers. Souches d’arbres que les montagnards traînent avec des chaînes. Troncs des sapins qui glissent par le ravin du haut de la montagne.

— Hornberg ( montagne-corne). Une tour carrée, ruinée, dominant un joli village vivant. — Avant d’y arriver, arche dans le rocher au milieu du chemin. C’est ici, plutôt qu’à Gernsbach qu’on aurait dû inscrire sur le rocher l’inscription :

en rupe fracta
hæc via facta

Brisures du granit imitant des escaliers penchés. Ombre profonde et croissante des montagnes. Cavernes inaccessibles. Ici on a pris Schinderhannes. Grâce riante de la vallée.

La nuit — pluie battante. La terre tremble tout à coup sous la voiture. Un bruit effrayant. C’est un torrent qu’on passe sur un pont de bois. De hautes gerbes d’étincelles secouées par le vent jaillissent du milieu de la forêt. Le paysage apparaît modelé vaguement par une réverbération rougeâtre. Ce sont des charbonneries qui flambent.


III


23 octobre, matin.

La route est charmante entre les arbres. — Ce torrent, qu’elle côtoie, c’est la Gutach. Le piquebois, son petit ventre blanc collé contre l’écorce, épluche l’un après l’autre tous les arbres des vergers.

Rivières. — Cascades à chaque pas. — Bœufs buvant au torrent.