Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


il fut à la fois délivré et pensionné par le régent d’Orléans, qu’il remercia de vouloir bien se charger de son entretien, en le priant de ne plus se charger de son logement.

Oedipe fut joué avec succès en 1718. Lamotte, l’oracle de cette époque, daigna consacrer ce triomphe par quelques paroles sacramentelles, et la renommée de Voltaire commença. Aujourd’hui Lamotte n’est peut-être immortel que pour avoir été nommé dans les écrits de Voltaire.

La tragédie d’Artémire succéda à Oedipe. Elle tomba. Voltaire fit un voyage à Bruxelles pour y voir J.-B. Rousseau, qu’on a si singulièrement appelé grand. Les deux poëtes s’estimaient avant de se connaître, ils se séparèrent ennemis. On a dit qu’ils étaient réciproquement envieux l’un de l’autre. Ce ne serait pas un signe de supériorité.

Artémire, refaite et rejouée en 1724 sous le nom de Marianne, eut beaucoup de succès sans être meilleure. Vers la même époque parut la Ligue ou la Henriade, et la France n’eut pas un poëme épique. Voltaire substitua dans son poëme Mornay à Sully, parce qu’il avait à se plaindre du descendant de ce grand ministre. Cette vengeance peu philosophique est cependant excusable, parce que Voltaire, insulté lâchement devant l’hôtel de Sully par je ne sais quel chevalier de Rohan, et abandonné par l’autorité judiciaire, ne put en exercer d’autre.

Justement indigné du silence des lois envers son méprisable agresseur, Voltaire, déjà célèbre, se retira en Angleterre, où il étudia des sophistes. Cependant tous ses loisirs n’y furent pas perdus ; il fit deux nouvelles tragédies, Brutus et César, dont Corneille eût avoué plusieurs scènes.

Revenu en France, il donna successivement Éryphile, qui tomba, et Zaïre, chef-d’œuvre conçu et terminé en dix-huit jours, auquel il ne manque que la couleur du lieu et une certaine sévérité de style. Zaïre eut un succès prodigieux et mérité. La tragédie d’Adélaïde Du Guesclin (depuis le Duc de Foix) succéda à Zaïre et fut loin d’obtenir le même succès. Quelques publications moins importantes, le Temple du goût, les Lettres sur les anglais, etc., tourmentèrent pendant quelques années la vie de Voltaire.

Cependant son nom remplissait déjà l’Europe. Retiré à Cirey, chez la marquise du Châtelet, femme qui fut, suivant l’expression même de Voltaire, propre à toutes les sciences, excepté à celle de la vie, il desséchait sa belle imagination dans l’algèbre et la géométrie, écrivait Alzire, Mahomet, l’Histoire spirituelle de Charles XII, amassait les matériaux du Siècle de Louis XIV, préparait l’Essai sur les mœurs des nations, et envoyait des madrigaux à Frédéric, prince héréditaire de Prusse. Mérope, également composée à Cirey, mit le sceau à la réputation dramatique de Voltaire. Il crut pouvoir alors se présenter pour remplacer le cardinal de Fleury à l’académie française. Il ne