Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


FRAGMENT D’HISTOIRE


Ce ne serait pas, à notre avis, un tableau sans grandeur et sans nouveauté que celui où l’on essayerait de dérouler sous nos yeux l’histoire entière de la civilisation. On pourrait la montrer se propageant par degrés de siècle en siècle sur le globe, et envahissant tour à tour toutes les parties du monde. On la verrait poindre en Asie, dans cette Inde centrale et mystérieuse où la tradition des peuples a placé le paradis terrestre. Comme le jour, la civilisation a son aurore en orient. Peu à peu elle s’éveille et s’étend dans son vieux berceau asiatique. D’un bras, elle dépose dans un coin du monde la Chine, avec les hiéroglyphes, l’artillerie et l’imprimerie, comme une première ébauche de ses œuvres futures, comme un immuable échantillon de ce qu’elle fera un jour. De l’autre, elle jette à l’occident ces grands empires d’Assyrie, de Perse, de Chaldée, ces villes prodigieuses, Babylone, Suse, Persépolis, métropoles de la terre, qui n’a pas même gardé leur trace. Alors, tandis que tout le reste du globe est submergé sous de profondes ténèbres, resplendit dans tout son éclat cette haute civilisation théocratique de l’orient, dont on entrevoit à peine, à travers tant de siècles, quelques rayons éblouissants, quelques gigantesques vestiges, et qui nous paraît fabuleuse, tant elle est lointaine, vague et confuse ! Cependant la civilisation marche et se développe toujours. L’intérieur des terres ne lui suffit plus, elle colonise le bord des mers. Aux populations de laboureurs et de bergers succèdent des races de pêcheurs et de commerçants. De là, les phéniciens, les phrygiens, Sidon, Troie, Sarepta, et Tyr, qui bat les mers, comme dit l’Écriture, avec les ailes de mille vaisseaux. Enfin, prête à déborder l’Asie, elle fonde sur la limite de l’Afrique cette énigmatique Égypte, ce peuple de prêtres et de marchands, de laboureurs et de matelots, qui est en quelque sorte la transition de la civilisation asiatique à la civilisation africaine, des empires théocratiques aux républiques commerçantes, de Babylone à Carthage.

Sur l’Égypte, en effet, s’appuient les trois civilisations successives d’Asie, d’Afrique et d’Europe. L’Égypte est la clef de voûte de l’ancien continent.