Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


en a fait les plus larges applications. Là, l’échelle d’essai est immense. Là, les nouveautés sont à l’aise. Rien ne les gêne. Elles ne trébuchent point à chaque pas contre des tronçons de vieilles institutions en ruines. Aussi, si ce principe est appelé, comme nous le croyons avec joie, à refaire la société des hommes, l’Amérique en sera le centre. De ce foyer s’épandra sur le monde la lumière nouvelle, qui, loin de dessécher les anciens continents, leur redonnera peut-être chaleur, vie et jeunesse. Les quatre mondes deviendront frères dans un perpétuel embrassement. Aux trois théocraties successives d’Asie, d’Afrique et d’Europe succédera la famille universelle. Le principe d’autorité fera place au principe de liberté, qui, pour être plus humain, n’est pas moins divin.

Nous ne savons, mais, si cela doit être, si l’Amérique doit offrir le quatrième acte de ce drame des siècles, il sera certainement bien remarquable qu’à la même époque où naissait l’homme qui devait, préparant l’anarchie politique par l’anarchie religieuse, introduire le germe de mort dans la vieille société royale et pontificale d’Europe, un autre homme ait découvert une nouvelle terre, futur asile de la civilisation fugitive ; qu’en un mot, Christophe Colomb ait trouvé un monde au moment où Luther en allait détruire un autre.

Aliquis providet.