Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Philosophie, tome I.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


les petits soupers de Louis XV. Les esprits, affadis par la comédie en paniers et l’élégie en pleureuses, avaient besoin de secousses, et de secousses fortes. Cette soif d’émotions violentes, de beaux et sombres génies sont venus de nos jours la satisfaire. Et il ne faut pas leur en vouloir d’avoir jeté dans vos âmes tant de sinistres imaginations, tant de rêves horribles, tant de visions sanglantes. Qu’y pouvaient-ils faire ? Ces hommes, qui paraissent si fantasques et si désordonnés, ont obéi à une loi de leur nature et de leur siècle. Leur littérature, si capricieuse qu’elle semble et qu’elle soit, n’est pas un des résultats les moins nécessaires du principe de liberté qui désormais gouverne et régit tout d’en haut, même le génie. C’est de la fantaisie, soit ; mais il y a une logique dans cette fantaisie.

Et puis, le grand malheur après tout ! Bonnes gens, soyons tranquilles. Pour avoir vu 93, ne nous effrayons pas tant de la terreur en fait de révolutions littéraires. En conscience, tout satanique qu’est le premier, et tout frénétique qu’est le second, Byron et Mathurin me font moins peur que Marat et Robespierre.

Si sérieux que l’on soit, il est difficile de ne pas sourire quelquefois en répondant aux objections que l’ancien régime littéraire emprunte à l’ancien régime politique pour combattre toutes les tentatives de la liberté dans l’art. Certes, après les catastrophes qui, depuis quarante ans, ont ensanglanté la société et décimé la famille, après une puissante révolution qui a fait des places de Grève dans toutes nos villes et des champs de bataille dans toute l’Europe, ce qu’il y a de triste, d’amer, de sanglant dans les esprits, et par conséquent dans la poésie, n’a besoin ni d’être expliqué ni d’être justifié. Sans doute la contemplation des quarante dernières années de notre histoire, la liberté d’un grand peuple qui éclôt géante et écrase une Bastille à son premier pas, la marche de cette haute république qui va les pieds dans le sang et la tête dans la gloire, sans doute ce spectacle, quand la raison nous montre qu’après tout et enfin c’est un progrès et un bien, ne doit pas inspirer moins de joie que de tristesse ; mais, s’il nous réjouit par notre côté divin, il nous déchire par notre côté humain, et notre joie même y est triste ; de là, pour longtemps, de sombres visions dans les imaginations et un deuil profond mêlé de fierté et d’orgueil dans la poésie.

Heureux pour lui-même le poëte qui, né avec le goût des choses fraîches et douces, aura su isoler son âme de toutes ces impressions douloureuses ; et, dans cette atmosphère flamboyante et sombre qui rougit l’horizon longtemps encore après une révolution, aura conservé rayonnant et pur son petit monde de fleurs, de rosée et de soleil !

M. Dovalle a eu ce bonheur, d’autant plus remarquable, d’autant plus étrange chez lui, qui devait finir d’une telle fin et interrompre sitôt sa