Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


La Lyre et la Harpe

à M. Alph. De L.


Alternis dicetis, amant alterna Camoenae. VIRGILE.


Et caepit loqui, prout Spiritus Sanctus dabat loqui. ACT. APOST.



LA LYRE

Dors, ô fils d’Apollon ! ses lauriers te couronnent,
Dors en paix ! Les neuf Soeurs t’adorent comme un roi ;
De leurs chœurs nébuleux les Songes t’environnent ;
La lyre chante auprès de toi !

LA HARPE

Éveille-toi, jeune homme, enfant de la misère !
Un rêve ferme au jour tes regards obscurcis,
Et pendant ton sommeil, un indigent, ton frère,
À ta porte en vain s’est assis !

LA LYRE

Ton jeune âge est cher à la Gloire.
Enfant, la Muse ouvrit tes yeux,
Et d’une immortelle mémoire