Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Il s’épouvante d’être une âme,
Et frémit de l’Éternité !

Le poète écoutait, à peine à son aurore,
Ces deux lointaines voix qui descendaient du ciel ;
Et plus tard il osa parfois, bien faible encore,
Dire à l’écho du Pinde un hymne du Carmel.



Avril 1822