Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/695

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Quand dix mille giaours viennent au son du cor,
Il leur répond ; il vole, et d’un souffle farouche
Fait jaillir la terreur du clairon qu’il embouche,
Tue, et parmi les morts sent croître son essor,
Rafraîchit dans leur sang son caftan écarlate,
Et pousse son coursier qui se lasse, et le flatte

Pour en égorger plus encor !


Ma dague d’un sang noir à mon côté ruisselle,
Et ma hache est pendue à l’arçon de ma selle.

J’aime, s’il est vainqueur, quand s’est tû le tambour,
Qu’il ait sa belle esclave aux paupières arquées,
Et, laissant les imans qui prêchent aux mosquées
Boire du vin la nuit, qu’il en boive au grand jour ;
J’aime, après le combat, que sa voix enjouée
Rie, et des cris de guerre encor tout enrouée,

Chante les houris et l’amour !


Ma dague d’un sang noir à mon côté ruisselle,
Et ma hache est pendue à l’arçon de ma selle.

Qu’il soit grave, et rapide à venger un affront ;
Qu’il aime mieux savoir le jeu du cimeterre
Que tout ce qu’à vieillir on apprend sur la terre ;
Qu’il ignore quel jour les soleils s’éteindront ;
Quand rouleront les mers sur les sables arides ;
Mais qu’il soit brave et jeune, et préfère à des rides

Des cicatrices sur son front.


Ma dague d’un sang noir à mon côté ruisselle,
Et ma hache est pendue à l’arçon de ma selle.

Tel est, comparadgis, spahis, timariots,
Le vrai guerrier croyant ! Mais celui qui se vante,
Et qui tremble au moment de semer l’épouvante,