Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/730

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dieu te guide par la main !
— Que Dieu répande ses grâces
Sur toi, l’écuyer qui passes,
Qui passes par le chemin !

— Chevalier, chrétien ou maure,
Qui dors sous le sycomore,
Parmi l’herbe du vallon,
Dis ton nom, afin qu’on sache
Si tu portes le panache
D’un vaillant ou d’un félon.

— Si c’est là ce qui t’intrigue,
On m’appelle don Rodrigue
Don Rodrigue de Lara ;
Doña Sanche est ma sœur même,
Du moins, c’est à mon baptême
Ce qu’un prêtre déclara.

J’attends sous ce sycomore ;
J’ai cherché d’Albe à Zamore
Ce Mudarra le bâtard,
Le fils de la renégate,
Qui commande une frégate
Du roi maure Aliatar.

Certe, à moins qu’il ne m’évite,
Je le reconnaîtrais vite ;
Toujours il porte avec lui
Notre dague de famille ;
Une agate au pommeau brille,
Et la lame est sans étui.

Oui, par mon âme chrétienne,
D’une autre main que la mienne
Ce mécréant ne mourra.
C’est le bonheur que je brigue…