Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/737

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXXII

LES BLEUETS.


Si es verdad ó non, yo no lo he hy de ver,
Pero non lo quiero en olvido poner.
Juan Lorenzo Segura de Astorga.
Si cela est vrai ou non, je n’ai pas à le voir ici, mais je ne le veux pas mettre en oubli.


Tandis que l’étoile inodore
Que l’été mêle aux blonds épis
Émaille de son bleu lapis
Les sillons que la moisson dore,
Avant que, de fleurs dépeuplés,
Les champs aient subi les faucilles,
Allez, allez, ô jeunes filles,
Cueillir des bleuets dans les blés !

Entre les villes andalouses,
Il n’en est pas qui sous le ciel
S’étende mieux que Peñafiel
Sur les gerbes et les pelouses,
Pas qui dans ses murs crénelés
Lève de plus fières bastilles…
Allez, allez, ô jeunes filles,
Cueillir des bleuets dans les blés !

Il n’est pas de cité chrétienne,
Pas de monastère à beffroi,