Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome I.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



"Ah ! malheur ! nous avons fait gloire,
Hélas ! d’attentats inouïs,
Tels qu’en cherche en vain la mémoire
Dans les siècles évanouis.
Malheur ! tous nos forfaits l’appellent,
Tous les signes nous le révèlent,
Le jour des arrêts solennels.
L’homme est digne enfin des abîmes ;
Et rien ne manque à ses longs crimes
Que les châtiments éternels."


Le Très-Haut a pris leur défense,
Lorsqu’ils craignaient son abandon ;
L’homme peut épuiser l’offense,
Dieu n’épuise pas le pardon.
Il mène au repentir l’impie ;
Lui-même, pour nous, il expie
L’oubli des lois qu’il nous donna ;
Pour lui seul il reste sévère ;
C’est la victime du Calvaire
Qui fléchit le Dieu du Sina !


I



Par un autre berceau sa main nous sauve encore.
Le monde du bonheur n’ose entrevoir l’aurore,
Quoique Dieu des méchants ait puni les défis,
Et, troublant leurs conseils, dispersant leurs phalanges,
Nous ait donné l’un de ses anges,
Comme aux antiques jours il nous donna son Fils.


Tel, lorsqu’il sort vivant du gouffre de ténèbres,
Le prophète voit fuir les visions funèbres ;
La terre est sous ses pas, le jour luit à ses yeux ;