Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome IX.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


V

On ne comptait d’abord pour la cinquième division, l’une des plus travaillées, que cent deux vers, desquels il faut déduire six vers rayés et rejetés définitivement à la dixième division. Pour nous rendre compte des développements successifs de la pensée de l’auteur, suivons la première version telle que nous la donne le manuscrit sans tenir compte des intercalations. On trouvera dans cette version quelques variantes. Nous remplacerons par une ligne de points les passages identiques au texte publié en indiquant la page de cette édition où ce texte reprendra :


(1) Hélas ! je me suis pris la tête dans les mains. 
J’ai sondé cette brume où sont les yeux humains ; 
Tandis que sur les monts tremblaient l’orme et l’yeuse, 
Tandis que, du cadran parque mystérieuse. 
................................................................
Ces flamboyants voleurs appelés conquérants, 
Ces princes qu’ont flétris le prophète ou l’apôtre
Tous, Attila qui plane et Claude qui se vautre, 
Caracalla,
Vitellius, 
Caligula, Christiers, 
J’ai tout évoqué. Bel, Phalasis, Richard trois ; 
J'ai tout évoqué. Bel,cette foule
J'ai tout évoqué. Bel, Richardchaos
J’ai regardé de près ce noir monceau de rois, 
J'ai tout évoqué. Bel, Rictoi
J'ai tout évoqué. Bel, Richard trtas
Comme on verrait un choix d’instruments de torture ;
J'ai tout évoqué. Bel, Richard troistragique
Chaque tyran, avec sa sinistre aventure, 
Je l’ai considéré dans le creux de ma main ; 
Pensif, j’ai fait de l’homme et du temps l’examen ; 
Je les ai confrontés et pris l’un après l'autre, 
J’ai vu, j’ai comparé leur deBin et le notre, 
Et, pesant les forfaits, et retournant les noms. 
Je suis arrivé, peuple, à ceci : Pardonnons !

Ici un blanc est indiqué et, en marge, on lit cette note entre parenthèses 
(Ici intercaler : Je me sens par moments des pitiés insondables.) 

Le texte rayé reprend ainsi : 
Et que faire devant le mystère ? est-on maître 
De choisir son endroit et son heure pour naître ? 
Ah ! vous voulez qu’on soit responsable ? De quoi ? 
D’être homme de tel siècle ou bien fils de tel roi ? 
D'avoir été jeté tout petit sur un trône ?

(1) Voir page 118.