Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome IX.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LE PAPE


J’ai senti
Un mécontentement inquiétant dans l’ombre.



LE PATRIARCHE

Le pilote aveuglé, c’est le vaisseau qui sombre.
Ne changez pas de route! O Père, n’allez pas
Du côté de la nuit, du côté du trépas !



LE PAPE

Je marche vers la vie.



LE PATRIARCHE

Il faudra rendre compte.



LE PAPE

Certes !



LE PATRIARCHE

Songez au ciel. Vous en tombez.



LE PAPE

J’y monte.



LES ÉVÊQUES

O sombre cécité !



LE PAPE

Je vous dis que je vois.
J’étais sur un sommet doré, sur un pavois,
Dans l’encens, dans les chants et les épithalames.
J’ai senti tout à coup l’immense poids des âmes;
Et je suis descendu, sachant que je montais.
Le dogme n’a d’appuis, l’Église n’a d’étais