Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome IX.djvu/361

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’homme consent au beau, — s’il est utile. Il a
Le goût du médiocre et s’arrête à mi-côte ;
Il laisse en route ceux dont l’idée est trop haute ;
Il ferait plus de cas de l’Hécla que revêt
La neige et d’où le feu jaillit, s’il y pouvait
Poser quelque marmite énorme d’invalides ;
Au ver sacré qui file au fond des chrysalides
Il demande un bonnet bien tiède, bien soyeux
Bien épais, qu’il se puisse abattre sur les yeux ;
Il préfère Montmartre au mont Blanc, Athalie
À Macbeth, et son fiacre au char tonnant d’Élie ;
Entre Horace et Vadé, Vadé serait son choix.
Il se croit roi du globe, il en est le bourgeois.