Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Sur l’honneur mort la honte flotte.
On voit, prompt à prendre le pli,
Se recomposer en ilote
Le Spartiate démoli.

Le ciel blêmit ; les fronts végètent ;
Le pain du travailleur est noir ;
Et des prêtres insulteurs jettent
De la fange avec l’encensoir.

C’est à peine, ô sombres années !
Si les yeux de l’homme obscurcis,
L’aube et la raison condamnées,
Obtiennent de l’ombre un sursis.

Le passé règne ; il nous menace ;
Le trône est son premier sujet ;
Âpre, il remet sa dent tenace
Sur l’esprit humain qu’il rongeait.

Le prince est bonhomme, la rue
Est pourtant sanglante. — Bravo !
Dit Dracon. — La royauté grue
Monte sur le roi soliveau.

Les actions sont des cloaques,
Les consciences des égouts ;
L’un vendrait la France aux cosaques,
L’autre vendrait l’âme aux hiboux.

La religion sombre emploie
Pour le sang, la guerre et le fer,
Les textes du ciel qu’elle ploie
Au sens monstrueux de l’enfer.