Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



X


CONFIANCE.


À MÉRANTE.


Ami, tu me dis : — « Joie extrême !
Donc, ce matin, comblant ton vœu,
Rougissante, elle a dit : Je t’aime !
Devant l’aube, cet autre aveu.

« Ta victoire, tu la dévoiles.
On t’aime, ô Léandre, ô Saint-Preux,
Et te voilà dans les étoiles,
Sans parachute, malheureux ! »

Et tu souris. Mais que m’importe ?
Ton sourire est un envieux.
Sois gai ; moi, ma tristesse est morte.
Rire c’est bien, aimer c’est mieux.

Tu me croyais plus fort en thème,
N’est-ce pas ? tu te figurais
Que je te dirais : Elle m’aime,
Défions-nous, et buvons frais.

Point. J’ai des manières étranges ;
On fait mon bonheur, j’y consens ;
Je vois là-haut passer les anges
Et je me mêle à ces passants.