Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/186

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je suis ingénu comme Homère,
Quand cet aveugle aux chants bénis
Adorait la mouche éphémère
Qui sort des joncs de l’Hypanis.

J’ai la foi. Mon esprit facile
Dès le premier jour constata
Dans la Sologne une Sicile,
Une Aréthuse en Rosita.

Je ne vois point dans une femme
Un filou, par l’ombre enhardi.
Je ne crois pas qu’on prenne une âme
Comme on vole un maravédi.

La supposer fausse, et plâtrée,
Non, justes dieux ! je suis épris.
Je ne commence point l’entrée
Au paradis, par le mépris.

Je lui donne un cœur sans lui dire :
Rends-moi la monnaie ! — Et je crois
À sa pudeur, à mon délire,
Au bleu du ciel, aux fleurs des bois.

J’entre en des sphères idéales
Sans fredonner le vieux pont-neuf
De Villon aux piliers des Halles
Et de Fronsac à l’Œil-de-Bœuf.

Je m’enivre des harmonies
Qui, de l’azur, à chaque pas,
M’arrivent, claires, infinies,
Joyeuses, et je ne crois pas