Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/225

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Que l’alouette et que la grive
Avaient donné de bons avis
Sur la courbure de l’ogive,
Et que Dieu les avait suivis.

Une haute rose trémière
Dressait sur le toit de chardons
Ses cloches pleines de lumière
Où carillonnaient les bourdons.

Cette flèche gardait l’entrée ;
Derrière on voyait s’ébaucher
Une digitale pourprée,
Le clocheton près du clocher.

Seul sous une pierre, un cloporte
Songeait, comme Jean à Pathmos ;
Un lys s’ouvrait près de la porte
Et tenait les fonts baptismaux.

Au centre où la mousse s’amasse,
L’autel, un caillou, rayonnait,
Lamé d’argent par la limace
Et brodé d’or par le genêt.

Un escalier de fleurs ouvertes,
Tordu dans le style saxon,
Copiait ses spirales vertes
Sur le dos d’un colimaçon.

Un cytise en pleine révolte,
Troublant l’ordre, étouffant l’écho,
Encombrait toute l’archivolte
D’un grand falbala rococo.