Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Un grimpereau, cherchant à boire,
Vit un arum, parmi le thym,
Qui dans sa feuille, blanc ciboire,
Cachait la perle du matin ;

Son bec, dans cette vasque ronde,
Prit la goutte d’eau qui brilla ;
La plus belle feuille du monde
Ne peut donner que ce qu’elle a.

Les chenilles peuplaient les ombres ;
L’enfant de chœur Coquelicot
Regardait ces fileuses sombres
Faire dans un coin leur tricot.

Les joncs, que coudoyait sans morgue
La violette, humble prélat,
Attendaient, pour jouer de l’orgue,
Qu’un bouc ou qu’un moine bêlât.

Au fond s’ouvrait une chapelle
Qu’on évitait avec horreur ;
C’est là qu’habite avec sa pelle
Le noir scarabée enterreur.

Mon pas troubla l’église fée ;
Je m’aperçus qu’on m’écoutait.
L’églantine dit : C’est Orphée.
La ronce dit : C’est Colletet.


Serk, 1er juin 1859.