Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



J’y vis près de l’autel, derrière
Les résédas et les jasmins,
Les songes faisant leur prière,
L’espérance joignant les mains.

J’y vis mes bonheurs éphémères,
Les blancs spectres de mes beaux jours,
Parmi les oiseaux mes chimères,
Parmi les roses mes amours.


IV


Un grand houx, de forme incivile,
Du haut de sa fauve beauté,
Regardait mon habit de ville ;
Il était fleuri, moi crotté ;

J’étais crotté jusqu’à l’échine.
Le houx ressemblait au chardon
Que fait brouter l’ânier de Chine
À son âne de céladon.

Un bon crapaud faisait la lippe
Près d’un champignon malfaisant.
La chaire était une tulipe
Qu’illuminait un ver luisant.

Au seuil priait cette grisette
À l’air doucement fanfaron,
Qu’à Paris on nomme Lisette,
Qu’aux champs on nomme Liseron.