Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/263

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V


L’ASCENSION HUMAINE.


« Tandis qu’au loin les nuées,
Qui semblent des paradis,
Dans le bleu sont remuées,
Je t’écoute, et tu me dis :

« — Quelle idée as-tu de l’homme,
De croire qu’il aide Dieu ?
L’homme est-il donc l’économe
De l’eau, de l’air et du feu ?

« Est-ce que, dans son armoire,
Tu l’aurais vu de tes yeux
Serrer les rouleaux de moire
Que l’aube déploie aux cieux ?

« Est-ce lui qui gonfle et ride
La vague, et lui dit : Assez !
Est-ce lui qui tient la bride
Des éléments hérissés ?

« Sait-il le secret de l’herbe ?
Parle-t-il au nid vivant ?
Met-il sa note superbe
Dans le noir clairon du vent ?