Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Sous l’urne des jours sans nombre
Depuis qu’il suit son chemin,
La décroissance de l’ombre
Vient des yeux du genre humain.

L’autel n’ose plus proscrire ;
La misère est morte enfin ;
Pain à tous ! on voit sourire
Les sombres dents de la faim.

L’erreur tombe ; on l’évacue ;
Les dogmes sont muselés ;
La guerre est une vaincue ;
Joie aux fleurs et paix aux blés !

L’ignorance est terrassée ;
Ce monstre, à demi dormant,
Avait la nuit pour pensée
Et pour voix le bégaiement.

Oui, voici qu’enfin recule
L’affreux groupe des fléaux !
L’homme est l’invincible hercule,
Le balayeur du chaos.

Sa massue est la justice,
Sa colère est la bonté,
Le ciel s’appuie au solstice
Et l’homme à la volonté.

Il veut. Tout cède et tout plie.
Il construit quand il détruit ;
Et sa science est remplie
Des lumières de la nuit.