Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/292

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV


CLÔTURE.


À MON AMI ***.



I


LA SAINTE CHAPELLE.


Tu sais ? tu connais ma chapelle,
C’est la maison des passereaux.
L’abeille aux offices m’appelle
En bourdonnant dans les sureaux.

Là, mon cœur prend sa nourriture.
Dans ma stalle je vais m’asseoir.
Oh ! quel bénitier, la nature !
Quel cierge, l’étoile du soir !

Là, je vais prier ; je m’enivre
De l’idéal dans le réel ;
La fleur, c’est l’âme ; et je sens vivre
À travers la terre, le ciel.

Et la rosée est mon baptême,
Et le vrai m’apparaît ! je crois.
Je dis : viens ! à celle que j’aime ;
Elle, moi, Dieu, nous sommes trois.