Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Le vieux Dante, à qui les âmes
Montraient leur sombre miroir.
Voyait s’évader des femmes
Entre les branches le soir.

André Chénier sous les saules
Avait l’éblouissement
De ces fuyantes épaules
Dont Virgile fut l’amant.

Shakspeare, aux aguets derrière
Le chêne aux rameaux dormants,
Entendait dans la clairière
De vagues trépignements.

Ô feuillage, tu m’attires ;
Un dieu t’habite ; et je crois
Que la danse des satyres
Tourne encore au fond des bois.


22 juillet 1859