Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



IV


LE POËTE BAT AUX CHAMPS.


i


Aux champs, compagnons et compagnes !
Fils, j’élève à la dignité
De géorgiques les campagnes
Quelconques où flambe l’été !

Flamber, c’est là toute l’histoire
Du cœur, des sens, de la saison.
Et de la pauvre mouche noire
Que nous appelons la raison.

Je te fais molosse, ô mon dogue !
L’acanthe manque ? j’ai le thym.
Je nomme Vaugirard églogue ;
J’installe Amyntas à Pantin.

La nature est indifférente
Aux nuances que nous créons
Entre Gros-Guillaume et Dorante ;
Tout pampre a ses Anacréons.

L’idylle volontiers patoise.
Et je ne vois point que l’oiseau
Préfère Haliarte à Pontoise
Et Coronée à Palaiseau.