Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



I


PAULO « MINORA » CANAMUS.


À UN AMI.


C’est vrai, pour un instant je laisse
Tous nos grands problèmes profonds ;
Je menais des monstres en laisse,
J’errais sur le char des griffons.

J’en descends, je mets pied à terre ;
Plus tard, demain, je pousserai
Plus loin encor dans le mystère
Les strophes au vol effaré.

Mais l’aigle aujourd’hui me distance ;
(Sois tranquille, aigle, on t’atteindra !)
Ma strophe n’est plus qu’une stance ;
Meudon remplace Denderah.

Je suis avec l’onde et le cygne,
Dans les jasmins, dans floréal,
Dans juin, dans le blé, dans la vigne,
Dans le grand sourire idéal.

Je sors de l’énigme et du songe.
La mort, le joug, le noir, le bleu,