Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Mêler l’abîme à la broussaille !
Mêler le doute à l’aube en pleurs !
Quoi donc ! ne veux-tu pas que j’aille
Faire la grosse voix aux fleurs ?

Sur l’effrayante silhouette
Des choses que l’homme entrevoit,
Vais-je interpeller l’alouette
Perchée aux tuiles de mon toit ?

Ne serai-je pas à cent lieues
Du bon sens, le jour où j’irai
Faire expliquer aux hochequeues
Le latin du Dies Iræ ?

Quand, de mon grenier, je me penche
Sur la laveuse qu’on entend,
Joyeuse, dans l’écume blanche
Plonger ses coudes en chantant,

Veux-tu que, contre cette sphère
De l’infini sinistre et nu,
Où saint Jean frémissant vient faire
Des questions à l’Inconnu,

Contre le globe âpre et sans grèves,
Sans bornes, presque sans espoir,
Où la vague foudre des rêves
Se prolonge dans le ciel noir,

Contre l’astre et son auréole.
Contre l’immense que-sait-on,
Je heurte la bulle qui vole
Hors du baquet de Jeanneton ?


23 juillet 1859.