Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Thaïs venait, et cette belle,
Coupe en main, le roc pour chevet,
Ayant le prêtre à côte d’elle
Et le spectre en face, buvait.

Dans ce passé crépusculaire.
Les femmes se laissaient charmer
Par les gousses d’ail et l’eau claire
Dont se composait l’Art d’Aimer.


IV


Nos Phyllyres, nos Gloriantes,
Nos Lydés aux cheveux flottants
Ont fait beaucoup de variantes
À ce programme des vieux temps.

Aujourd’hui monsignor Nonotte
N’entre chez Blanche au cœur d’acier
Qu’après avoir payé la note
Qu’elle peut avoir chez l’huissier.

Aujourd’hui le roi de Bavière
N’est admis chez doña Carmen
Que s’il apporte une rivière,
De fort belle eau, dans chaque main.

Les belles que sous son feuillage
Retient Bade aux flots non bourbeux,
Ne vont point dans ce vieux village
Pour voir des chariots à bœufs.