Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome VII.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



III


DUEL EN JUIN.


À UN AMI.


Jeanne a laissé de son jarret
Tomber un joli ruban rose
Qu’en vers on diviniserait,
Qu’on baise simplement en prose.

Comme femme elle met des bas,
Comme ange elle a droit à des ailes ;
Résultat : demain je me bats.
Les jours sont longs, les nuits sont belles,
 
On fait les foins, et ce barbon,
L’usage, roi de l’équipée,
Veut qu’on prenne un pré qui sent bon
Pour se donner des coups d’épée.

Pendant qu’aux lueurs du matin
La lame à la lame est croisée,
Dans l’herbe humide et dans le thym,
Les grives boivent la rosée.

Tu sais ce marquis insolent ?
Il ordonne, il rit. Jamais ivre
Et toujours gris ; c’est son talent.
Il faut ou le fuir, ou le suivre.