Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Zénith.

Qu’Éve, par toi perdue et dont tu fis la honte,
t’ écrase sous son pied !


Nadir.

Que Balaam vous monte !


Zénith.

ô Dieu vivant, pardonne au rire immonde et noir,
pardonne au rire misérable,
toi qu’ adore, incliné comme l’ arbre du soir,
le juste sombre et vénérable !
Le rire hurle, et mord le bas du firmament ;
il déchire, il souille, il écume,
trouble la tombe, et crache, avec un grincement,
sur le monde, encensoir qui fume !
Regarde sans courroux le rire furieux,
le rire que rien ne désarme,
Dieu, vie, abîme, espoir ! Grand œil mystérieux
d’ où tombe l’ homme, cette larme !

23 novembre 1853.