Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


le pape donnerait Rome, et moi, Babylone,
vous avez une jupe en serge à dix sous l’aune !
Montrant tour à tour Nella et le burg.
Je ne suis pas Dieu. Non. Mais pour lui je rougis
que faisant de tels yeux, il fasse un tel logis !
Morbleu ! Faut-il qu’on rie, ou bien faut-il qu’on pleure ?
Vous êtes la beauté suprême, pour demeure
vous avez la tristesse horrible ! C’est complet.
Ma parole d’honneur, si j’avais un valet
maladroit comme Dieu, laissant de sa fenêtre
tomber le pot de fleurs où le lys vient de naître
et cassant un destin charmant sur le pavé,
cachant dans un taudis l’être qu’on a rêvé,
brouillant tout, faussant tout, faisant traire les vaches
à Psyché, j’userais sur son dos vingt cravaches !
Dieu se moque de nous, tristes fils de Japhet !
Il s’est levé et, comme par mégarde, laisse s’écarter son habit
de voyage
sous lequel on entrevoit sa plaque et son grand cordon.


Nella.

Monsieur, si vous croyez me faire de l’effet
parce que vous ouvrez votre habit de manière
à montrer un crachat sous votre boutonnière
et dans votre gilet le coin d’un cordon bleu,
vous vous trompez.
Elle va au coin où est la voussure, et écarte les deux volets
fermés. En tournant
sur leurs gonds, ils découvrent un tableau qui est le portrait en
pied d’un
homme de guerre en grand uniforme, couvert de décorations et de
broderies,
avec un grand cordon, le même que porte le duc.
— voici mon grand-père.


Le duc Gallus.

Vrai Dieu !
C’est un feld-maréchal.


Nella.

Parfaitement.


Le duc Gallus.

Vous êtes ?…