Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/196

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Je serai ton esclave.
à part.
Et tu seras ma proie.
Soyons joyeux. Vivons. La vie est un gala.
Lison, se regardant dans le miroir. à part.
Oh ! Comme je suis belle avec ces choses-là !
à Gallus.
Monsieur ! Reprenez tout !


Gallus.

Pourquoi ?


Lison.

C’était pour rire,
n’est-ce pas ?


Gallus.

Je l’entends bien ainsi.


Lison.

Je me mire
avec des diamants, et j’oublie, ah mon Dieu !
Que je dois aujourd’hui me marier.


Gallus.

Parbleu,
tu peux…


Lison.

Dites-moi vous.


Gallus.

Madame la marquise,
vous pouvez…


Lison.

Laissez-moi ! Je suis la pauvre Lise.
On entend un bruit de violons et le claquement d’un fouet dans
la route d’en haut.


Gallus.

Votre voiture vient.