Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/324

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



 
Les visions se répandent
Dans le firmament terni ;
De hideux nuages pendent
Au noir plafond infini ;
L’étoile y vient disparaître ;
Il semble qu’une main traître,
Guettant les astres vermeils,
Au fond de l’ombre indignée,
Tend ses toiles d’araignée
Pour ces mouches, les soleils.

L’arbre se tord sur la côte ;
Le flot s’acharne au récif ;
Une clameur triste et haute
Avertit l’homme pensif ;
L’écume roule, avalanche ;
La lame féroce et blanche
Luit comme l’yatagan ;
La terre sanglote et souffre,
Livrée aux baisers du gouffre,
Au viol de l’ouragan.

La mer n’est plus qu’épouvante ;
Le ciel s’effare ; on dirait
Que la nature vivante
Devient songe et disparaît ;
Tout prend l’aspect et la forme
D’une horrible ébauche énorme
Ou d’un grand rêve détruit ;
Les ténèbres en décombres