Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/325

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Emplissent de leurs blocs sombres
L’antre immense de la nuit.

Ah ! N’est-ce pas, Dieu sublime,
Dieu qui fis l’arche et le pont,
Que tout naufrage est un crime
Et que quelqu’un en répond ?
S’il manque une seule tête,
Tu puniras la tempête ;
Tu sais, toi qui nous défends
Et qui fouilles les repaires,
Le compte de tous les pères,
Le nom de tous les enfants !