Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L'habit râpé

Vivent les bas de soie et les souliers vernis !


La chaise dépaillée

Dieu dit aux bons fauteuils : fauteuils, je vous bénis !


Le poêle froid

Comme un grand feu qui flambe et pétille en décembre
Vous illumine l'âme en empourprant la chambre !


Le verre plein d'eau

Ma foi, j'aime le vin.


La soucoupe pleine de poussière

                                    Moi, j'aime le café.


L'écuelle de bois

C'est charmant de crier : garçon ! Perdreau truffé,
Bordeaux retour de l'Inde, et saumon sauce aux huîtres !


Le carreau cassé

Une fenêtre est belle alors qu'elle a des vitres.


Le gousset vide

Que l'usurier hideux, poussif, auquel tu dois,
Agite un vieux billet de banque en ses vieux doigts,
Fût-il gris comme un chantre et crasseux comme un diacre,
Vénus vient toute nue en sa conque de nacre.


Le lit de sangle

Un édredon, c'est doux.