Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Donc, vieux passé plaintif, toujours tu reviendras
Nous criant : — Pourquoi donc est-on si loin ? Ingrats !
Qu’êtes-vous devenus ? Dites, avec l’abîme
Quel pacte avez-vous fait ? Quel attentat ? Quel crime ? —
Nous questionnant, sombre et de rage écumant,
Furieux.
                        Nous avons marché, tout bonnement.
Qui marche t’assassine, ô bon vieux passé blême.
Mais que veux-tu ? Je suis de mon siècle, et je l’aime !
Je te l’ai déjà dit. Non, ce n’est plus du tout
L’époque où la nature était de mauvais goût,
Où Bouhours, vieux jésuite, et le Batteux, vieux cancre,
Lunette au nez et plume au poing, barbouillaient d’encre
Le cygne au bec doré, le bois vert, le ciel bleu ;
Où l’homme corrigeait le manuscrit de Dieu.
Non, ce n’est plus le temps où Lenôtre à Versaille
Raturait le buisson, la ronce, la broussaille ;
Siècle où l’on ne voyait dans les champs éperdus
Que des hommes poudrés sous des arbres tondus.
Tout est en liberté maintenant. Sur sa nuque
L’arbre a plus de cheveux, l’homme a moins de perruque.
La vieille idée est morte avec le vieux cerveau.
La révolution est un monde nouveau.
Notre oreille en changeant a changé la musique.
Lorsque Fernand Cortez arriva du Mexique,
Il revint la main pleine, et, du jeune univers,
Il rapporta de l’or ; nous rapportons des vers.
Nous rapportons des chants mystérieux. Nous sommes
D’autres yeux, d’autres fronts, d’autres cœurs, d’autres hommes.