Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Nous sentons frissonner notre aile, ô liberté !
En fait d’or, à la cour nous préférons la gerbe.
La nature est pour nous l’unique et sacré verbe,
Et notre art poétique ignore Despréaux.
Nos rois très excellents, très puissants et très hauts,
C’est le roc dans les flots, c’est dans les bois le chêne.
Mai, qui brise l’hiver, c’est-à-dire la chaîne,
Nous plaît. Le vrai nous tient. Je suis parfois tenté
De dire au mont Blanc : — Sire ! Et : — Votre majesté
À la vierge qui passe et porte, agreste et belle,
Sa cruche sur son front et Dieu dans sa prunelle.
Pour nous, songeurs, bandits, romantiques, démons,
Bonnets rouges, les flots grondants, l’aigle, les monts,
La bise, quand le soir ouvre son noir portique,
La tempête effarant l’onde apocalyptique,
Dépassent en musique, en mystère, en effroi,
Les quatre violons de la chambre du roi.
Chaque siècle, il s’y faut résigner, suit sa route.
Les hommes d’autrefois ont été grands sans doute ;
Nous ne nous tournons plus vers les mêmes clartés.
Jadis, frisure au front, ayant à ses côtés
Un tas d’abbés sans bure et de femmes sans guimpes,
Parmi des princes dieux, sous des plafonds olympes,
Prêt dans son justaucorps à poser pour Audran,
La dentelle au cou, grave, et l’œil sur un cadran,
Dans le salon de Mars ou dans la galerie
D’apollon, submergé dans la grand’seigneurie,
Dans le flot des Rohan, des Sourdis, des Elbeuf,
Et des fiers habits d’or roulant vers l’Œil-de-Boeuf,
Le poète, fût-il Corneille, ou toi, Molière,
— Tandis qu’en la chapelle ou bien dans la volière,
Les chanteurs accordaient le théorbe et le luth,
Et que Lulli tremblant s’écriait : gare à l’ut ! -
Attendait qu’au milieu de la claire fanfare
Et des fronts inclinés apparût, comme un phare,