Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Le page, aux tonnelets de brocart d’argent fin,
Qui portait le bougeoir de monsieur le dauphin.
Aujourd’hui, pour Versaille et pour salon d’Hercule,
Ayant l’ombre et l’airain du rouge crépuscule,
Fauve, et peu coudoyé de Guiche ou de Brissac,
La face au vent, les poings dans un paletot sac,
Seul, dans l’immensité que l’ouragan secoue,
Il écoute le bruit que fait la sombre proue
De la terre, et pensif, sur le blême horizon,
À l’heure où, dans l’orchestre inquiet du buisson,
De l’arbre et de la source, un frémissement passe,
Où le chêne chuchote et prend sa contrebasse,
L’eau sa flûte et le vent son stradivarius,
Il regarde monter l’effrayant Sirius.

Pour la muse en paniers, par Dorat réchauffée,
C’est un orang-outang ; pour les bois, c’est Orphée.
La nature lui dit : mon fils. Ce malotru,
Ô grand siècle ! Écrit mieux qu’Ablancourt et Patru.
Est-il féroce ? Non. Ce troglodyte affable
À l’ormeau du chemin fait réciter sa fable ;
Il dit au doux chevreau : bien bêlé, mon enfant !
Quand la fleur, le matin, de perles se coiffant,
Se mire aux flots, coquette et mijaurée exquise,
Il passe et dit : Bonjour, madame la marquise.
Et puis il souffre, il pleure, il est homme ; le sort
En rayons douloureux de son front triste sort.
Car, ici-bas, si fort qu’on soit, si peu qu’on vaille,
Tous, qui que nous soyons, le destin nous travaille
Pour orner dans l’azur la tiare de Dieu.
Le même bras nous fait passer au même feu ;
Et, sur l’humanité, qu’il use de sa lime,
Essayant tous les cœurs à sa meule sublime,
Scrutant tous les défauts de l’homme transparent,
Sombre ouvrier du ciel, noir orfèvre, tirant
Du sage une étincelle et du juste une flamme,